ACCUEIL

Fonctionnement

Activités

Bulletin

Publications

Bibliothèque

 

Vie des sections

Botanique Entomologie

Géologie

Préhistoire

Mycologie

Groupe

Pyrénées-Atlantiques

Patrimoine naturel expositions

 

        Section Botanique        

Responsable des activités : Pierre PHIQUEPAL

[Les botanistes en Gironde]

[Excursions botaniques] - [Bota 2000] - [Liens] - [Espèces protégées en Gironde] - [Ouvrages parus et à paraître]

 

 

Sans être assortis de nombreux détails biographiques, sont rassemblés ici les noms de ceux qui ont contribué à la connaissance de la botanique en Gironde. Ces botanistes, exception faite évidemment de ceux disparus avant 1818, ont été membres de la Société Linnéenne de Bordeaux. Beaucoup l'ont été pendant plusieurs décennies et ont laissé la marque de leur personnalité et de leur travail, tant sur le plan strictement botanique que dans le domaine de l'administration et de la maintenance de la Société. 

Cette liste comporte des noms connus de tous, et d'autres dont la notoriété n'a pas dépassé la région, des noms appartenant à des temps révolus et des noms de contemporains. Pour des raisons évidentes, aucun nom de personnalité vivante n'y figure.

 En fonction des renseignements fournis par les publications et par les archives de la Société, sont indiquées dates et profession, car souvent la botanique était une activité parallèle, expression d'un amateurisme passionné. Pour éviter les répétitions, le lieu de résidence n'est précisé que si ce n'est pas Bordeaux, et le terme de Société sous-entend Société Linnéenne de Bordeaux.

Aymen Jean-Baptiste (1728-1784)

Médecin à Castillon-la-Bataille

Correspondait, sur un ton d'égal à égal, avec Linné qui lui adressait ainsi les réponses: " Au très illustre homme D.D. J.-B. Aymen Médecin bordelais"

La Société possède une lettre de Linné adressée à Aymen.

Ballais Camille (1887-1977)

Jardinier de château.

S'intéressa spécialement aux adventices croissant autour des installations portuaires de la Garonne. Publia peu, mais a laissé de nombreuses notes manuscrites, données à la Société et exploitées récemment.

Bory de Saint-Vincent Jean-Baptiste (1778-1840)

Général, géographe.

Participa à des expéditions scientifiques.

Ne résidait pas en Gironde, mais son passage y fut marqué par l'observation de Lobelia dortmanna à l'étang de Cazaux et la découverte au Cap Ferret d'Ophioglossum azoricum, nouveau pour la flore de France.

Brochon Henri (1833-1896)

Avocat.

Constitua un herbier volumineux auquel il joignit par la suite celui de A. Clavaud. Il s'était vu dédier par ce collègue et ami la nouvelle espèce d'élatine qu'il avait découverte à Saucats.

Campaigne Pierre

Professeur de botanique à "l'école de Bordeaux".

Il est cité par J.-F. Laterrade parmi les premiers à s'être occupés ici de botanique.

Son herbier, commencé vers 1755, est un des plus anciens possédés par la Ville.

Chantelat A. (1799-1856)

Pharmacien à La Teste de Buch.

Publia un catalogue des plantes autour de la Teste. Il célébrait chaque année sur place une fête linnéenne dont il envoyait un compte rendu détaillé au président, à Bordeaux.

Clavaud Armand (1828-1890)

Professeur du cours municipal de botanique.

Elabora pour son enseignement de grandes fiches remarquablement dessinées.

Fit de nombreuses publications, dont une Flore de la Gironde, avec des illustrations de sa main, demeurée inachevée. Il fut l'ami du peintre Odilon Redon, à qui il fit connaître le monde des plantes.

Contré Emile (1916-1981)

Instituteur dans les Deux-Sèvres.

Prit une retraite anticipée pour se consacrer aux herborisations et à une connaissance approfondie de la flore. Des Charentes et des Deux-Sèvres, il étendit ses investigations à plusieurs départements du centre-ouest, dont la Gironde est le plus méridional. De son fichier manuscrit, qui contient de très précieuses indications, la partie concernant la Gironde a pu être récemment publiée dans notre Bulletin grâce à l'amabilité de la Société Botanique du Centre-Ouest, détentrice des documents E. Contré.

Dangeard Pierre (1895-1970)

Professeur de botanique à la Faculté des Sciences, membre correspondant de l'Académie des Sciences.

Consacra ses recherches à l'algologie et à la cytologie.

Dargelas Raymond (1762-1842)

Professeur municipal de botanique.

Adepte des idées de Linné, il participa aux premières réunions en l'honneur du savant suédois. A été, avec Laterrade, fondateur de la Société dont il fut le premier président.

Deloynes (ou De Loynes) Pierre (1841-1914)

Professeur à la Faculté de Droit.

Herborisant dans tout le département, il publia à la Société de nombreuses notes et comptes rendus d'excursion.

Des Moulins (ou Desmoulins) Charles (1798-1875)

Appartient à la même administration que son père, directeur des Douanes, mais s'en retira précocement.

Naturaliste complet, il correspondait avec les notoriétés scientifiques des différentes disciplines (géologie, préhistoire et botanique principalement).

Parmi ses nombreuses publications, il faut citer le "Catalogue Raisonné des Phanérogames de la Dordogne". Les différents fascicules qui le composent se sont échelonnés sur une vingtaine d'années et les titres en ont quelques variantes.

Dufour Léon (1780-1865)

Médecin à Saint-Sever (Landes) comme son père.

Accompagna comme médecin l'armée napoléonienne en guerre en Espagne d'où il ramena nombre d'échantillons botaniques et entomologiques. Il s'intéressa aux lichens aussi bien qu'aux maladies de la vigne.

Il a publié des notes à la Société. Sa bibliographie dans son ensemble atteint le nombre de 300 titres.

Durieu de Maisonneuve Michel (1796-1878)

Officier.

S'intéressa très tôt à la botanique. Fit partie de la mission scientifique envoyée par le gouvernement français en Algérie dès la fin des opérations militaires, au cours de laquelle il réunit les matériaux qui ont servi de base à la "Flore d'Algérie" publiée en collaboration avec Cosson. En 1853, il accepte de quitter Paris pour s'installer à Bordeaux. Il doit aider, tout en agissant avec tact et diplomatie, Laterrade avant de lui succéder au cours municipal de botanique et au Jardin des Plantes. A ce moment-là (1856), cet établissement subit son transfert au Jardin Public.

Il s'intéressa particulièrement aux mousses, lichens, et Isoètes. Il dédia Isoetes boryana à Bory de Saint-Vincent qui, à son tour, lui dédia Isoetes durieui.

Foucaud Julien (1847-1904)

Instituteur, puis directeur du Jardin botanique de la Marine à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime).

Collabora à la 4ème édition (1886) de la "Flore de l'Ouest de la France" de J. Lloyd, à laquelle il ajouta les départements de la Gironde, des Landes et le littoral des Pyrénées-Atlantiques.

Guillaud Jean (1849- 1923)

Professeur à la Faculté de Médecine et de Pharmacie.

Publia en 1883 une "Flore de Bordeaux et du Sud-Ouest".

En 1882 il avait fondé "Le Journal d'Histoire Naturelle de Bordeaux et du Sud-Ouest" dont la parution cessa en 1888.

Jeanjean Alexis Félix (1867-1941)

Directeur d'école en Lot-et-Garonne, à Villeneuve-sur-Lot.

Prenant une retraite anticipée en 1923, vient s'installer à Bordeaux pour se consacrer à la botanique. Il lance le projet d'un travail floristique d'ensemble qui est accueilli avec enthousiasme par les Linnéens. Ils apportent leur concours à ce travail d'équipe dont Jeanjean assure la synthèse, et l'œuvre est presque achevée au seuil de la deuxième guerre mondiale. Elle ne sera publiée qu'en 1961, et pro parte sous forme de catalogue.

Labrie Jean-Joseph (1867-1927)

Curé de paroisse.

Exerça son ministère en Entre-deux-Mers pendant 34 ans.

Durant toutes ces années, il herborisa dans cette partie du département et en fit connaître la flore, jusque-là délaissée, s'intéressant tout particulièrement aux tulipes dans les vignes.

C'est lui qui reconnut dans les tulipes rouges la présence de Tulipa praecox  à côté de T. agenensis (T. oculus-solis).

Larroque Marcel (1907-1990)

Chef d'équipe au Jardin Botanique municipal.

A peu publié, mais, a toujours mis sa profonde connaissance de la flore girondine, et ornementale, ainsi que ses compétences techniques, au service de tous. Sa participation aux activités de la Société, dont il demeura un pilier et un mainteneur en période de vaches maigres, et sa présence efficace aux excursions et aux séances de détermination a aidé efficacement bien des botanistes actifs actuellement en Gironde.

Latapie François-de-Paule (1739-1823)

Inspecteur des Manufactures de la province de Guyenne.

Professeur municipal de botanique, enseignait aussi la langue grecque. Il réunissait ses élèves en fête annuelle dédiée à Linné. Après la période révolutionnaire, la célébration en fut reprise en 1818. Trop âgé, il n'assista pas à la fête mais fit partie de la toute jeune société.

Il est l'auteur de l' "Hortus burdigalensis", paru en 1784 et considéré comme le premier ouvrage proprement botanique publié à Bordeaux.

Laterrade Jean-François (1784-1858)

Enseigna diverses matières dans plusieurs établissements avant d'ouvrir chez lui, un cours de botanique qu'il arrêta en 1841. Il poursuit son enseignement botanique en 1842, en devenant professeur municipal au Jardin des Plantes.

Dès 1811, il publia une "Flore Bordelaise" qui jouit d'un tel succès qu'elle aura trois autres éditions (1827, 1829, 1846) et s'étendra au département, avec la description d'un nombre de plantes de plus en plus important.

Désireux de donner à la botanique une impulsion au-delà de ses cours, il fonda la Société en 1818. Les autres membres fondateurs le nommèrent aussitôt directeur, c'est-à-dire qu'ils lui confièrent le rôle le plus actif et le plus efficace.

Par ailleurs, il fondait en 1823 le périodique agricole "l'Ami des champs" qu'il rédigea pendant plus de 30 ans, avant qu'un de ses fils ne le relaye dans cette lourde tâche.

  Sa vie durant, il ne cessa d'herboriser, d'enseigner, et d'encourager tous ceux chez qui il avait su développer le goût de la botanique. Correspondant avec les notoriétés scientifiques, suscitant les travaux des membres de la Société qu'il dirigeait fermement, il donna impulsion et renom à la vie scientifique de la ville, sans chercher les honneurs et la fréquentation des salons bordelais.

Lespinasse Gustave (1807-1876)

Agent de change.

Céda sa charge en 1855 pour se consacrer à la botanique.

Il s'intéressa spécialement aux algues et aux mousses.

Il réunit un herbier important et une riche bibliothèque qui est devenue la base de la bibliothèque botanique municipale. Quelque temps après son décès, la Société fit une exception remarquée en accueillant son épouse, première femme admise comme membre.

Malvesin-Fabre Georges (1893-1956)

Maître de conférences à la Faculté des Sciences, il enseignait la botanique, puis fut nommé Professeur au certificat nouvellement créé par le Ministère pour l'enseignement de l'anthropologie et de la préhistoire.

Homme de terrain, il connaissait parfaitement la flore girondine, et homme de laboratoire, il orienta les recherches vers l'étude des pollens et des spores. La palynologie est au carrefour de la botanique et de la préhistoire.

Motelay Léonce (1830-1917)

Travaillait dans le négoce international que son père avait créé, et qui était en relation surtout avec l'Amérique du Sud.

Il consacrait ses loisirs à la botanique et put profiter de l'enseignement de Laterrade. Il s'intéressa particulièrement aux mousses et aux hépatiques. Son herbier, auquel s'ajoutèrent les collections de Durieu, est riche des plantes de France, d'Europe et d'Algérie, et comporte de nombreuses notes de la main de prestigieux correspondants. Les lettres reçues par L. Motelay, avec celles reçues par Durieu forment plusieurs volumes, et montrent l'importance de leurs échanges épistolaires et la qualité de leurs correspondants.

Millardet Alexis (1838-1902)

Professeur de botanique à la Faculté des Sciences.

Publia de très nombreux travaux sur la vigne et ses maladies. C'est en 1887 qu'avec Ulysse Gayon, son collègue de chimie, il signe un travail sur le traitement contre le mildiou par les composés cuivreux, point de départ de la bouillie bordelaise que tout le monde connaît.

Moyne  Jean (1781-1842)

Médecin à Libourne, et administrateur du jardin botanique de sa ville.

Il dressa le catalogue des plantes croissant dans le jardin.

Il organisa la section linnéenne de Libourne, fut ami et collaborateur de Laterrade qui le remercie dans la préface de sa Flore bordelaise.

Queyron Philippe (1871-1941)

Vétérinaire à La Réole.

Herborisa surtout dans le secteur où l'amenaient les nécessités de sa profession.

Il s'intéressa aux tulipes dans les vignes autour de la Réole.

Il publia en 1906 le "Catalogue des Plantes Vasculaires du Bassin du Dropt (Dordogne, Gironde, Lot et Garonne)"

 

 

D'autre part, il est intéressant de mentionner quelques dates qui jalonnent l'histoire de la botanique à Bordeaux, jusqu'à l'aube du XIXème siècle :

         1601 : A cette époque, Charles de l'Ecluse, dit Clusius, avait un correspondant bordelais,  Joachim Venerius, dont seul le nom latinisé était connu, du moins jusqu'au mois de février 2005. En effet, à cette date, un chercheur de la section des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, le Dr. Michiel Verweij, a découvert que  le manuscrit numéro ms. III 893/160 était de la main de Joachim Venerius, signé (autographe) LEVENIER. La lettre, en latin, est datée de Bordeaux, le 24 novembre 1611.

         1629 : Fondation d'un premier Jardin des Plantes à Bordeaux.

         1718 : La Fritillaire est présentée, sous le nom de Fritillaria aquitanica, à l'Académie des Sciences de Bordeaux, présidée par Montesquieu.

         1726, 1730, 1750, 1780, 1791 et 1801 : Fondation d'un nouveau Jardin des Plantes et translations successives.

         1856 : Dernière translation au Jardin Public où il est encore.

         1784 : Publication de " Hortus burdigalensis ".

         1811 : Publication de la " Flore Bordelaise " (1ère édition).

         1818 : Fondation de la Société Linnéenne de Bordeaux.

M. SÉRONIE-VIVIEN

 

 

Excursions botaniques

Reportez-vous à la page "Activités"

 

Le Catalogue Raisonné des Plantes Vasculaires de la Gironde 

est enfin paru ! ! !

Pour le commander, allez vite sur la page "Publications" : 

Mémoires Soc. Linn. Bordeaux, Tome 4, 2005.

 

Sites botaniques en France et dans le monde

 

Sur Internet, les sites relatifs à la botanique sont innombrables ! Les présenter tous est impossible. Toutefois, la liste qui suit, même en étant très incomplète, vous permettra de visiter un très grand nombre de sites car, généralement, chacun d'entre eux possède ses propres liens qui ne seront pas forcément ceux donnés ici.

 

En France

Dans le monde

Tela-Botanica

Société Botanique de France

Société Botanique du Centre-Ouest

Société Botanique Ligérienne

Société Botanique du Périgord

Naturalistes Parisiens

Conservatoire Botanique de Bailleul

Conservatoire Botanique Pyrénéen

Conservatoire Botanique du Bassin Parisien

Conservatoire Botanique de Charance

Conservatoire Botanique National Alpin

Conservatoire Botanique National Méditerranéen

Conservatoire Botanique - Parc National de Port-Cros

Conservatoire et Jardins Botaniques de Nancy

Conservatoire Botanique de Brest

Jardin Botanique de Bordeaux

Jardin des Plantes de Montpellier

Les Jardins Botaniques du Monde

Architecture végétale

Didacticiel de biologie végétale

Corine Biotope

Belles Fleurs de France 1

Belles Fleurs de France 2

 

Internet directory for botany

Banque de données de Flora Europea

Conservatoire et Jardins Botaniques de la ville de Genève

Réseau Suisse de Floristique

The Families of flowering plants

Classification of flowering plants

APG II System

APG II Classification

Identification

Botany

Le Jardin de Kew

Vascular plant images gallery

Carex

 

 

 

 

Pour les amateurs d'Orchidées, une seule adresse à retenir qui vous donnera accès à des milliers de sites en France et dans le monde : 

Orchidées de Provence

 

 

          Parmi les plantes adventices observées récemment dans le département de la Gironde, figure Abutilon theophrastii MEDIK. Originaire de Chine, puis implantée en domaine subméditerranéen, cette Malvacée est plutôt thermophile et fleurit en été. Notre collègue linnéen Pierre Phiquepal d'Arusmont l'a observée notamment dans l'Entre-deux-Mers et près de la Dordogne (voir article ci-joint, in Bull. Soc. Linn. Bordeaux, 2006, tome 141, 3, p. 183-185).

 

 

 

 

Pow_au.gif" width="25" height="25">